Prolapsus

Le Prolapsus Génito-Urinaire, également appelé “descente d’organes”, est un motif fréquent de consultation. Environ 20% des femmes sont concernées.
Le Pelvis féminin comporte 3 organes incriminés dans les Prolapsus, avec, d’avant en arrière, la Vessie, le Vagin (et l’Utérus qui le surplombe), et le Rectum.
Le Prolapsus Génito-Urinaire est une descente vers l’orifice vulvaire de l’un ou de plusieurs de ces organes.
A l’état normal, ces organes sont maintenus dans le petit bassin à l’aide de ligaments, renforcés par les muscles périnéaux.

Facteurs favorisants

> Un / des accouchements long et difficiles, ou à l’inverse trop rapide.
> Un poids élevé du bébé à la naissance
La Ménopause liée aux modifications hormonales (déficit en oestrogènes) à l’origine d’une altération locale de la qualité des tissus
Intervention chirurgicale pelvienne (hystérectomie)
Les efforts de poussée répétés : constipations, toux chronique (tabagisme)
Le surpoids
Certaines professions imposant une station debout prolongée ou le port de charge lourde

centre d urologie sud parisien urologie paris sud chirurgie urologue chirurgien cancerologie lithiase urinaire quincy sous senart 91480 paris prolapsus genital

Manifestations cliniques

centre d urologie sud parisien urologie paris sud chirurgie urologue chirurgien cancerologie lithiase urinaire quincy sous senart 91480 paris rectocel cystocele

Les symptômes sont divers, le plus souvent liés à l’activité des patientes.
Il peut s’agit de sensation de pesanteur ou de gêne pelvienne, d’une boule extériorisée au niveau de la vulve notamment en fin de journée ou lors des efforts, gêne lors des rapports, nécessité de réduire manuellement le prolapsus pour pouvoir uriner.
Ces symptômes sont le plus souvent absents le matin au réveil et s’accentuent au cours de la journée.
Des symptômes urinaires sont également présents : fuites urinaires (parfois masquées), envies pressantes (urgenturie), difficulté à uriner (on parle alors d’effet pelotte).

Bilan pré-opératoire

Il s’agit d’une pathologie fonctionnelle. En ce sens, il conviendra d’apprécier l’importance de la gêne liée au prolapsus, des signes urinaires associés notamment à une incontinence urinaire d’effort.
Les facteurs favorisants doivent être identifiés pour limiter le risque de récidive après traitement.
L’examen clinique gynécologique apprécie l’importance du prolapsus, le ou les organes concernés et recherche des fuites urinaires aux efforts de poussée, lors de l’examen à vessie pleine, après refoulement du prolapsus.
Les examens complémentaires sont habituellement un examen cytobactériologique des urines, une échographie de l’appareil urinaire et des organes pelviens ainsi qu’un bilan urodynamique.
Dans certains cas, des examens radiologiques de type recto-colpo-cystogramme ou une IRM dynamique du pelvis peuvent être demandés notamment en cas de prolapsus récidivé après traitement chirurgical.

centre d urologie sud parisien urologie paris sud chirurgie urologue chirurgien cancerologie lithiase urinaire quincy sous senart 91480 paris cabinet de l etoile

Traitement

centre d urologie sud parisien urologie paris sud chirurgie urologue chirurgien cancerologie lithiase urinaire quincy sous senart 91480 paris prolapsus descente d organes chez la femme

Le traitement est chirurgical. L’intervention consiste en l’interposition d’une ou de 2 bandelettes prothétiques, tendues entre les organes concernés et fixées au promontoire sacré.
L’intervention se pratique par voie laparoscopique mini-invasive.